A la une

[Bonne pratique] Chez Expleo, le vélo-partage vient en complément des voitures de service

Expleo
Expleo
Le site toulousain du groupe Expleo compte désormais huit vélos à assistance électrique. Ses collaborateurs peuvent tour à tour les réserver grâce à l’interface qui leur servait jusqu’alors à emprunter l’une des voitures de la flotte d’entreprise. Cette alternative permet entre autre de gagner du temps pour atteindre le centre-ville.

Renforcé par un contexte sanitaire qui ne pousse pas à utiliser les transports en commun, le vélo est une option de mobilité dans l’air du temps. Pour le trajet domicile-travail, mais aussi en journée lors des déplacements professionnels, si l’on en croit l’expérience d’Expleo. Spécialisé dans l’ingénierie, le conseil et la formation digitale, le groupe teste depuis avril 2019 une formule de vélo-partage sur son site de Toulouse.

Huit vélos à assistance électrique sont à disposition de 1 400 salariés dans une version "boucle". Par opposition au principe dit de "free floating" – qui permet à chacun de déposer le vélo qu'il vient d'utiliser où il le souhaite –, la "boucle" signifie que l’utilisateur récupère son VAE à l’entrée de l’entreprise (avec gilet, casque et charlotte), et qu’il le restitue à ce point d’attache après chaque course. Le "free floating" a du sens quand le parc est important. Nettement moins à l’échelle d’une entreprise.

Premiers chiffres encourageants

Qu’ils soient ou non partagés, acheter ou louer des vélos est pour l'employeur un moyen de répondre à la demande de ses collaborateurs. Mais aussi de gagner en efficacité. "Le constat, c’est que les centres-villes sont de plus en plus fermés aux véhicules thermiques et que cela pose des problèmes, en particulier aux populations techniques qui partent sans cesse en intervention", note Alexandre Fournier, directeur marketing de Mobility Tech Green, entreprise qui gère la plateforme de réservation des vélos et des voitures en autopartage d’Expleo. Installé dans le quartier Saint-Martin-du-Touch, c’est aussi la proximité immédiate de nombreux clients qui a poussé le groupe à expérimenter l’option vélo.

S’il est trop tôt pour faire un bilan précis, surtout compte tenu du confinement massif des dernières semaines, les salariés ont rapidement identifié le nouveau service. "On a dénombré 330 réservations en 2019", rapporte Sandrine Dalais, responsable de la flotte de véhicules d’Expleo. Parmi les bémols, "une problématique de saisonnalité, mais ce n’est pas non plus flagrant", poursuit-elle.

Deux-en-un

C’est la deuxième offre de partage à laquelle souscrit le groupe sur ce site de Toulouse. Sept véhicules thermiques et électriques sont parallèlement disponibles à la réservation. La mutualisation est "un bon moyen de diminuer la taille d’une flotte tout en apportant un service d’une qualité équivalente", présente Alexandre Fournier.

Ce type de service intègre trois briques. Le système de gestion en back office d’abord : pour modérer les demandes, évaluer les coûts, vérifier le dimensionnement du parc, ou encore retirer de la liste le véhicule ou le vélo pour lequel un usager a signalé un dysfonctionnement. Il y a ensuite la technologie embarquée. Chaque voiture dispose notamment d’un calculateur qui remonte des données comme le kilométrage ou la localisation, ainsi que d’un lecteur qui contrôle l’accès et d’une boîte qui vérifie que le collaborateur ne repart avec la clef du véhicule. Enfin, l’interface utilisateur permet à chacun de réserver son mode de transport, pour un usage professionnel, voire pour une soirée ou un week-end, une option qu’Expleo a retenue pour ses voitures (contre un prix de location imputé au collaborateur), pas encore pour ses vélos.

Accès multimodal

C’est l’entreprise Mobendi qui a fourni la station d’accueil des vélos. Couverte de panneaux photovoltaïque et équipée de batteries, l'installation est autonome. Si le fabricant disposait de ses propres plateformes de gestion et de réservation, l’une des clés de réussite du projet chez Expleo est de l’avoir poussé à travailler avec Mobility Tech Green, afin que les outils des deux entreprises soient parfaitement intégrés et que chaque salarié n’ait qu’une interface, quel que soit le moyen de transport choisi. Cette recherche de synergie pourra éventuellement permettre, demain, d’intégrer de nouveaux types de véhicules à la flotte. D’autres clients de Mobility Tech Green ont ainsi misé sur des trottinettes. Et même sur des bateaux.

Olivier Descamps
Ecrit par
Olivier Descamps

Commentaires (2)

GUILLAUME GUESDON | 30/06/2020 - 06:25

Vélos et accidentalité

A-t-on des chiffres sur l augmentation de l accidentalité lié à la mise en place d'un tel dispositif. Il semble que les assurances freinent ce genre d'inititative, aussi vertueuse soit elle.
Signaler un contenu abusif
La Rédaction - Olivier Descamps | 30/06/2020 - 15:58

Je n'ai pas de chiffres sur l'accidentologie mais Mme Dalais m'a indiqué en effet que c'était cette question d'assurance qui avait pour le moment convaincu l'entreprise de ne pas mettre les vélos à disposition de ses collaborateurs en dehors du temps de travail comme cela est fait pour les véhicules.
Signaler un contenu abusif